Conseil 28: Un mental d’acier, clé de la réussite

Le manque de motivation, le manque de confiance dans ce que vous écrivez, le manque de temps, le syndrome de la page blanche, des idées confuses…  Ce seront les problèmes les plus cités si je vous demande « quel est votre plus grand blocage ? ».
Bien avant les techniques d’écriture, la structuration du roman, le vocabulaire ou l’amélioration du style.  La vraie différence entre les romans inachevés et les romans terminés c’est d’abord le mental.  La capacité à trouver le temps, rester motivé, écrire jour après jour et tenir ferme jusqu’au point final.  Si vous voulez durer dans l’écriture, il faut que jour après jour vous travailliez cette question du mental.  Comment développer son mental ?  
 1) La gestion du temps pour écrivain. 
Revoyez vos objectifs de vie et vos priorités. Classifiez tout ça pour insister sur ce qui compte vraiment pour vous.  Si vous lisez ce blog, c’est peut-être que l’écriture de votre roman en fait partie. Définissez donc un objectif précis pour ce projet puis développez un plan d’action. Ensuite, transformez ce plan en routines quotidiennes que vous intégrerez à votre emploi du temps. Il est important de pratiquer l’écriture tous les jours.

2)  La routine d’écriture.
Une fois que vous avez libéré du temps dans votre journée, travaillez sur l’efficacité. Cherchez le bon moment et le bon environnement pour doper votre créativité au moment d’écrire.  Restez concentrés pendant votre temps d’écriture. Gardez votre habitude d’écriture quotidienne même quand l’emploi du temps est chamboulé, pendant les fêtes ou pendant les vacances comme je l’expliquais dans l’article 23.  Avec ce rituel, vous êtes sûrs d’avancer tous les jours et vous savez comment continuer même quand vous vous heurtez à la page blanche (cf article 9). 

3) Gérer son éditeur intérieur.
C’est une étape clé du mindset de l’écrivain. Savoir faire taire la censure en nous. Cet éditeur interne qui veut toujours corriger et qui est extrêmement critique.  Si vous ne savez pas l’apprivoiser, c’est presque inutile de commencer à écrire un roman complet. Votre éditeur risque de mettre de côté le manuscrit avant même qu’il soit fini.  Par contre si vous le gérez bien, vous pourrez aller au bout et utiliser votre potentiel pour améliorer votre œuvre. Ayez confiance en vous.

4) La stratégie pour gérer ses recherches documentaires. 
Vous serez peut-être surpris que je classe ça dans le mental. Et pourtant la recherche documentaire est très liée à votre état d’esprit. Elle est vitale pour votre roman mais si vous ne savez pas vous canaliser, elle peut devenir votre pire distraction et vous conduire à l’échec.  Vous devez apprendre à chercher les idées de façon efficace et savoir quand il faut s’arrêter. Vous risquez sinon de passer des heures à chercher la topographie d’une ville ou la flore d’une région. Pour cela, soyez méthodiques. Déterminez à l’avance le nombre de sites internet ou de livres que vous allez consulter sur un thème et prévoyez les temps que vous lui accorderez. Vous n’écrivez pas un documentaire. Ne harassez pas le lecteur de détails techniques sur une montagne ou les coutumes d’un pays, peut-être intéressants mais inutiles pour l’avancée de votre intrigue. Saupoudrez discrètement le texte pour que le lecteur visualise l’univers dans lequel vous le plongez mais restez subtils.  

Suivez ces quatre étapes et vous réussirez à terminez votre roman. Il suffit de choisir de passer à l’action !    

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s