Conseil 36: Comment créer le suspense indispensable à votre roman ? (partie 2)

Vous devez structurer les scènes de façon à produire le suspense.

Chaque scène du roman doit contenir l’ensemble de l’arc narratif : une question dramatique majeure pour ouvrir la scène, la montée de la tension, un moment fort (climax), un dénouement.

Le dénouement doit apporter une récompense au lecteur (indice pour faire progresser l’intrigue, révélation à propos des secrets d’un personnage, etc.), et répondre à la question dramatique de façon inattendue ou défavorable afin de projeter le héros un peu plus loin dans le conflit.

Le ou les héros ne doivent jamais rester trop longtemps dans une situation confortable.

Plus d’action, ne veut pas dire plus de suspense. Il peut y avoir des passages plus lents mais ils doivent servir à susciter la curiosité du lecteur.

Petits exercices :

– Faire un schéma de la scène en notant au départ la question soulevée puis la progression jusqu’au pic du climax.

– Choisir la façon de terminer la scène : réussite du héros, échec du héros, fin tragique (le héros réussit mais perd quelque chose d’important), etc. Varier les façons de terminer.

– Pour créer des rebondissements, il faut piquer la curiosité du lecteur (soulever une question puis le faire attendre). Pendant ce temps d’attente, soulever une autre question dont la réponse attendra, etc.

La semaine prochaine, nous verrons comment jouer sur les points de vue pour augmenter le suspense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s